SOPHIE DURET

« La vie nécessite pour son épanouissement, non pas de la perfection mais de la plénitude. » (C.G. JUNG)
06.88.11.06.50
1 rue Claude Martin                      73000 Chambéry

L’asthme (psychosomatique)

L’asthme est un syndrome multifactoriel où l’allergie joue un rôle important, surtout chez l’enfant et l’adulte jeune. Une cause allergique est retrouvée chez 70 à 80 % des adultes asthmatiques et chez 95 % des enfants atteints. Il y a des facteurs favorisant les crises d’asthme, ils sont liés à l’environnement. Il s’agit entre autres des nombreux allergènes (pollens, acariens, moisissures, aliments, animaux), des substances polluantes inhalées (fumées, gaz d’échappement, bombes aérosols, peintures…), de la pollution de l’air etc.. Le risque de réagir par une crise d’asthme lorsqu’un sujet est exposé à des allergènes est d’autant plus important qu’il a un terrain à risque : -“des bronchiolites à répétition” dans l’enfance – un terrain allergique familial ou personnel (notamment si des membres de la famille ont -ou ont eu- une rhinite -un rhume des foins allergique, de l’eczéma, des conjonctivites allergiques avec les yeux rouges qui coulent et piquent) Très souvent, l’asthme s’accompagne de symptômes de rhinite, cependant, chez l’adulte un pourcentage élevé d’asthme n’a pas d’origine allergique. L’asthme possède aussi une composante génétique : autres asthmatiques dans la famille (la transmission de la maladie n’est pas une règle donnée, mais plus une prédisposition familiale et génétique). Cette prédisposition génétique et familiale se traduit par une tendance à la sensibilité exagérée des bronches. L’influence du « terrain » allergique, c’est-à-dire de l’hérédité, paraît très importante avant la puberté et surtout chez le jeune enfant. On retrouve des antécédents allergiques familiaux dans 50 à 75% des cas. Mais ni le terrain atopique (facteurs génétiques, allergiques), ni les allergènes et l’environnement ne peuvent suffire à expliquer ce qui conduit une personne à devenir asthmatique. Il faut tenir compte des facteurs psychologiques. Le corps nous parle avec des « maux » et l’asthme peut être l’expression symbolique d’un crie qui dit « j’étouffe, il m’étouffe ou elle m’étouffe » comme peuvent dire les douleurs lombaires chroniques « j’en ai plein le dos ». Pourtant, l’asthme semble retranscrire un besoin permanent d’être rassuré, par attachement à un personnage maternel. Selon Franz ALEXANDER, le facteur psychodynamique essentiel qui conduit une personne à devenir asthmatique, est un conflit dont le nœud est un attachement excessif et non résolu à la mère. Il s’agit d’une fixation infantile et à partir de là, toute sorte de traits de personnalité peuvent se développer comme défense contre cette fixation. Ainsi, il n’y a pas un profil de personnalité type qui correspondrait aux sujets asthmatique (excepté peut-être s’il s’agit d’une personnalité allergique essentielle), et l’on peut rencontrer des asthmatiques agressifs, ambitieux ou des hypersensibles, des artistes. Le seul fait constant chez les sujets asthmatiques c’est une dépendance à la mère refoulée. Cette dépendance correspond à un désir d’être protégé, choyé par la mère, à des fantasmes intra-utérins, sous forme symbolique d’eau, d’entrer dans des cavernes, des lieux clos. Tout ce qui menace le sujet de séparation d’avec la mère protectrice peut déclencher une crise d’asthme. Un sujet peut donc être conduit à devenir asthmatique à tout âge puisque ce sont certains facteurs, événements qui viennent réactiver un conflit infantile, primaire ; seuls les facteurs […]

Read More »