SOPHIE DURET

« La vie nécessite pour son épanouissement, non pas de la perfection mais de la plénitude. » (C.G. JUNG)
06.88.11.06.50
1 rue Claude Martin                      73000 Chambéry

ANGOISSE et émotions

L’angoisse n’est pas une émotion, c’est un mélange d’émotions (peur et colère, peur et tristesse, peur sur conflit colère/tristesse, etc) ce qui en fait un sentiment parasite, qui exprime un conflit sous-jacent. Conflit entre pulsion/interdit, entre désir/peur, entre colère/crainte.

Read More »

CULTIVER LE DESIR ET COMBATTRE LA ROUTINE (partie 2)

B// ALTERATION DU DESIR (PARTIE 2) 1/ LA COHABITATION La cohabitation implique l’habitude et l’habitude atténue l’intensité des sentiments et du désir. Elle implique souvent : –la banalisation de la relation : on connait trop le partenaire (ses gouts, ses réactions..) et quand il n’y a plus d’inconnu, il n’y a plus d’imprévisible, et donc plus d’attente ni de séduction. La routine, la certitude et la transparence génèrent l’ennui et dissolvent le plaisir. –la banalisation des corps : lorsque le corps, dénudé, s’expose à vos yeux sans attention, sans intention, sans restriction et surtout sans que vous le souhaitiez à cet instant. D ‘autant plus que c’est le plus souvent pour les soins et les besoins. Rien d’érotique là-dedans. Dans la cohabitation il faut préserver l’attirance. En ce qui concerne la nudité, il faut absolument en sauvegarder son pouvoir érogène. Evitons de nous comporter comme si l’autre était absent. Comme le dit très bien le Dr Gérard LELEU: “Ne livrons pas le nu à l’habitude et à l’indifférence qui en résulte. Réservons-le à la fêtes des corps.” -les pièges du positionnement “papa-maman”. On ne désire pas sa mère ; on ne convoite pas son enfant. Attention aux rôles que vous prenez ou dans lesquels vous mettez votre partenaire. Et n’appelez jamais votre partenaire “papa” ou “maman”. Face à ces banalisations : Sortir, aller danser sont de bons remèdes à la banalisation de la relation et à celle des corps. Sortez ! Ne restez pas confinés à la maison. Les “bonnes” sorties en l’occurrence sont celles où vous allez être séparés ; car le but est de vous voir d’un peu plus loin, de vous redécouvrir parmi les autres. La sortie rénove la relation car elle offre à chacun l’occasion de voir l’autre sous un angle différent. Cela réveille l’intérêt pour l’autre et par conséquent réveille le désir. Plus généralement, la sortie permet de nourrir notre désir de l’autre sexe et par ricochet, de notre conjoint. Ce bain de virilité ou de féminité nous imprègne à nouveau de l’envie du sexe opposé et nous en rend amoureux. Capitalisons ces précieuses émotions et au retour, transférons-les sur notre conjoint. Rien ne vaut donc une sortie ou une soirée de danse pour ré-érotiser une relation et re-sexualiser les corps, en un mot, res-suciter le désir ! Donc si l’on évite les pièges que la cohabitation tend au désir, alors l’usure n’est pas inéluctable. En outre le mariage apporte une sécurité affective, une intimité et une complicité tout à fait propices à l’enrichissement érotique et au perfectionnement de l’art d’aimer. La confiance installée, la durée de la relation permet de connaitre les besoins et les préférences de l’autre, de chercher ce qui est érogène pour lui. 2/ LA MONOTONIE Si le désir sexuel s’émousse au fil des ans, c’est que le plaisir n’est plus à la hauteur des aspirations. Or ce qui affadit le plaisir, c’est la monotonie des relations sexuelles. Il existe une certaine pauvreté du sexe en Occident. –Varier les activités érotiques : pour […]

Read More »